Forum de soutien à la Police, Gendarmerie, Pompiers et Secours
Merci de vous inscrire Invité pour tout voir et participer au forum

Forum de soutien à la Police, Gendarmerie, Pompiers et Secours

Forum d'entraide et d'informations des forces de sécurité, police, gendarmerie, pompier. Toutes les personnes sont les bienvenues qu'elles soient professionnelles ou pas, épouses amis. Informations destinées aussi aux faits divers.
 


Partagez | 
 

 Histoire des pompiers en France

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin
avatar

Messages : 2470
Date d'inscription : 12/11/2012
Age : 62
Localisation : Narbonne

MessageSujet: Histoire des pompiers en France   
Mar 18 Déc - 19:38


Histoire

La gestion des incendies au Moyen Âge et sous l’Ancien Régime

Au Moyen Âge, les Sapeurs Pompiers sapaient le feu. C’est-à-dire qu’ils isolaient le foyer. À l’époque la majorité des maisons étaient en bois et lorsqu’un feu se déclarait, les secours abattaient tout ce qui se trouvait autour afin de limiter la propagation du feu. D’où l’expression « saper ou faire la part du feu ». Ce qui donna le nom de sapeur au service d’incendie
Le « 18 » a été attribué par les PTT pour l’alerte des sapeurs-pompiers en 1932
La légion d’honneur

Sept corps ont reçu la légion d'honneur :
Le liseré rouge

Le liséré rouge ornant la couture du pantalon de la tenue des pompiers est sujette à controverse.
Ce liseré est un passepoil

Il existe plusieurs versions de la raison de ce passepoil sur le pantalon et on ne peut affirmer, comme beaucoup le font, que le liseré représente la légion d’honneur donné par Napoléon Ier suite l'Incendie de l'ambassade d'Autriche à Paris.

En effet tous les corps de sapeurs pompiers ne sont pas décorés de la légion d'honneur. Seul les corps portant la décoration sur leur drapeaux le sont. En partant de ce principe, et si le liseré correspondait a la légion d'honneur, certain corps devrait en être dépourvu.
Il aurait été cousu afin que les pompiers ne puissent pas les porter dans le civil en dehors de leurs missions à une époque où ils ne disposaient que de faibles revenus (source : conservateur du musée de la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris)
Une autre version est que le passepoil est la « réduction » de la bande rouge qui ornait les pantalons de la garde nationale dont les sapeurs pompiers ont fait partie au xixe siècle.
Le nom de Sapeur

Au Moyen Âge, les Sapeurs Pompiers "sapaient" le feu. C'est-à-dire qu'ils isolaient le foyer.
À l'époque, il n'y avait pas de réseau de distribution de l'eau et la majorité des maisons étaient en bois et lorsqu'un feu se déclarait, les secours abattaient tout ce qui se trouvait autour afin de limiter la propagation du feu.
D'où l'expression saper ou faire la part du feu. Ce qui donna le nom de sapeur au service d'incendie. (Source http://www.pompiers-argenteuil.com/)

Le secours à personne

À l'origine, destinées à soigner les sapeurs-pompiers blessés sur le lieu d'intervention, les ambulances se sont généralisées en France dans les corps de sapeurs-pompiers au service de la population.
Aujourd'hui le secours aux personnes constitue la majeure partie des interventions des sapeurs pompiers en France (80 % des interventions).C'est pourquoi nos pompiers reçoivent beaucoup de formations de SAP(Secours A Personne),comme le PSC1 (Prévention et Secours Civiques de niveau 1), PSE1 (Premiers Secours en Equipe de niveau 1),PSE2,... Les pompiers sont régulièrement soumis à des exercices pour être performant lors d'interventions.
Statut des sapeurs-pompiers

Il y a en France trois statuts de sapeurs pompiers relevant du service public : les sapeurs pompiers volontaires (à ne pas confondre avec les volontaires dans les armées qui peuvent servir dans les unités de pompiers militaires), les sapeurs pompiers professionnels et les pompiers militaires. À l'exception des membres de la brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP), dubataillon de marins pompiers de Marseille (BMPM) et des unités d'instruction et d'intervention de la Sécurité civile (l' UIISC 1 à Nogent le Rotrou, la 7 à Brignoles et la 5 à Corté), tous les autres sapeurs-pompiers sont civils (professionnels ou volontaires), et dépendent administrativement du Service départemental d'incendie et de secours (SDIS) de chaque département.
Les sapeurs pompiers volontaires (SPV) sont des hommes et des femmes, citoyens ordinaires qui, en parallèle de leur profession ou de leurs études, tout en tenant compte de leur vie familiale, ont choisi de conserver une disponibilité suffisante pour répondre immédiatement à toute alarme émise par le centre de secours dont ils dépendent. Ils suivent régulièrement des formations et peuvent assurer tous les types de missions incombant aux services d'incendie et de secours. 54 % des volontaires ont moins de 35 ans. Ils perçoivent une indemnité sous forme de vacations horaires ainsi qu'une « prestation de retraite » lorsqu'ils ont accompli au moins vingt ans de service.
Les sapeurs pompiers professionnels (SPP), fonctionnaires des collectivités territoriales, sont affectés principalement dans les grandes agglomérations ou dans les centres de secours fortement sollicités. De plus, ils assurent l'ossature des services départementaux d'incendie et de secours (SDIS).
Le recrutement se fait par concours, organisés au niveau départemental par les SDIS pour les sapeurs (il n'existe plus de grades de seconde et première classe, selon le décret du 13 juin 2007 (Décret n° 2007-1011) ) et au niveau national par la Direction de la défense et de la sécurité civiles (DDSC) du ministère de l'Intérieur pour les lieutenants. Les candidats sont inscrits sur une liste d'aptitude nationale valable trois ans, ils doivent ensuite postuler dans les collectivités territoriales de leur choix. Ils reçoivent une formation initiale puis une formation continue tout au long de leur carrière.
Dans les villes d'une certaine importance, les corps sont en général mixtes volontaires/professionnels, avec une présence permanente de professionnels renforcés par des volontaires qui effectuent des gardes les soirs et week-end ou sont appelés en renfort pour les interventions lourdes. Certaines grandes villes ont opté pour des corps 100 % professionnels. Dans les communes rurales à faible densité de population, les corps sont souvent composés à 100 % de volontaires.




Casque des pompiers de Paris (années 1940)
À Paris et à Marseille, les pompiers sont militaires. Il s'agit de la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP, 8000 personnes) et du bataillon de marins pompiers de Marseille (BMPM, 2400 personnes). Ces sapeurs et marins pompiers sont des militaires (relevant du Ministère de la Défense pour l'administration) mis à disposition du ministère de l'Intérieur et de la direction de la sécurité civile (DSC).
Sous l'autorité du préfet de police, les sapeurs pompiers de Paris (75) défendent Paris et la petite couronne : Hauts-de-Seine (92), Val-de-Marne (94) etSeine-Saint-Denis (93).

Selon les directives de son maire, les marins-pompiers de Marseille défendent la ville de Marseille (c'est la seule unité militaire de l'armée française aux ordres d'un maire). Leurs compétences s'étendent aussi au grand port maritime de Marseille, à l'aéroport Marseille-Provence et à la zone industrielle de l'étang de Berre. (Fos, Lavera, Port de Bouc).
Le reste du département des Bouches du Rhône étant à la charge des sapeurs-pompiers civils du SDIS-13 (Bouches-du-Rhône).
En plus de la BSPP, le génie de l'armée de terre comprend également les Unités d'instruction et d'intervention de la sécurité civile (UIISC), qui sont des unités de renfort en cas de catastrophe en France ou à l'étranger (par exemple, tremblement de terre, incendie de forêt en été, marée noire). Ils ont une formation et un uniforme similaires à ceux des sapeurs-pompiers.
L'armée de l'air dispose sur ses bases aériennes de pompiers de l'air spécialisés dans les feux d'aéronefs.
La marine nationale dispose des marins pompiers des ports. Ces spécialistes « feux de navires » protègent les bases navales de Cherbourg, Brest et Toulon ainsi que les bâtiments de la Marine nationale qui sont amarrés dans ces ports. Ils n'ont pas vocation à intervenir au profit des populations civiles sauf si les sapeurs pompiers ont besoin de renfort, et réciproquement et selon des conventions. Des détachements de marins pompiers des ports qualifiés « pompiers d'aéroports » assurent la sécurité des bases de l'aviation navale.
La loi no 2000-242 du 29 mars 20002, réformant une partie du service national, a également introduit la possibilité d'effectuer un volontariat civil de six à vingt-quatre mois dans une collectivité territoriale (art. 3), et notamment « dans le domaine de la prévention, de la sécurité et de la défense civiles aux missions de protection des personnes, des biens et de l'environnement » (art. 4). Il s'agit alors d'une activité à plein temps (art. 10) et le volontaire civil est payé avec une indemnité réduite par rapport au salaire du poste (art. 12). Il y a environ 300 sapeurs-pompiers volontaires civils.
La profession a été classée « métier à caractère dangereux » par l'article 67 de la loi no 2004-811 de modernisation de la sécurité civile du 13 août 2004. La seule conséquence concrète de cette classification est… une augmentation des assurances privées (assurance du logement, assurance-décès des emprunts…) pour les sapeurs-pompiers.
Les missions des sapeurs pompiers

Le détail des missions, les statistiques des interventions

3 612 340 interventions ont été réalisées en 2002 par les sapeurs-pompiers civils, soit 9 900 interventions par jour, une intervention de sapeurs-pompiers toutes les 8,7 secondes. Ces 30 dernières années[Quand ?] le nombre d'interventions a été multiplié par 20.
Missions

Selon l'article 2 de la loi no 96-369 du 3 mai 1996 relative aux services d'incendie et de secours, « Les services d'incendie et de secours sont chargés de la prévention, de la protection et de la lutte contre les incendies. Ils concourent avec les autres services et professionnels concernés à la protection et à la lutte contre les autres accidents, sinistres et catastrophes, à l'évaluation et à la prévention des risques technologiques ou naturels ainsi qu'aux secours d'urgence. »
Les sapeurs-pompiers sont devenus des techniciens du risque au premier rang de la protection des personnes, des biens et de l'environnement. Cette notion de protection est très vaste : elle comprend aussi bien les secours d'urgence aux personnes victimes d'accidents, de sinistres ou de catastrophes et leur évacuation vers les hôpitaux que la préparation des mesures de sauvegarde et l'organisation des moyens de secours, la prévention, la lutte contre les incendies, ainsi que la prévention et l'évaluation des risques en matière de sécurité civile.
Le secours des personnes

Il s'agit de secours à domicile et sur la voie publique qui représentent environ 80 % des interventions :

  • Secours sur la voie publique : blessé(s) sur la voie publique ou dans les lieux publics, noyade(s), accident(s) de la circulation routière, ferroviaire, aérienne ou de la navigation.
Les pompiers sont équipés pour toutes sortes d'accidents de véhicule, de la voiture au poids lourd. Ils interviennent pour découper ou écarter les tôles des engins accidentés afin de faire sortir les victimes (désincarcération), mais aussi pour leur apporter un secours médicalisé ;

  • Secours à domicile : accident domestique (chute, brûlure, asphyxie, électrocution, noyade) ou physique (hémorragie, arrêt cardiaque, détresse psychologique, malaise).
Dans le cas de pathologies non urgentes, les sapeurs-pompiers se voient remplacés, petit à petit, par des ambulances privées.
En cas d'appel pour du secours à victime à domicile, dans plusieurs départements, l'appel sera redirigé vers le médecin régulateur du SAMU qui déclenchera les moyens de secours nécessaires : ambulance privée, VSAV avec ou sans VRM (médecin ou infirmier), SMUR (avec médecin, infirmier et ambulancier), hélicoptère, ou simplement des conseils.
Les incendies





Entraînement sur un feu d'habitations
Les feux d'habitation, feux industriel, feux de forêt, etc. ne représentent que 10 % des interventions, mais ils nécessitent toujours l'engagement de moyens importants.
Les interventions diverses et spécialisées

Parmi les opérations réalisées par les sapeurs-pompiers, il y a également ce que l'on appelle les interventions diverses : destruction de nids d'insectes, déblocage d'ascenseurs, inondations, risques d'effondrements, sauvetage d'animaux, fuite de gaz…).
Les sapeurs-pompiers disposent également d'équipes spécialisées dans les domaines suivants :

  • risques nucléaires, bactériologiques et chimiques,
  • sauvetage et déblaiement,
  • interventions en milieux périlleux (GRIMP),
  • secours en montagne,
  • secours aquatiques,
  • secours animalier,
  • les spécialistes cynotechniques.
  • Dépollution en mer, dans les cours d'eau ou terrestre.


Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Pompier en France de Wikipédia en français (auteurs)
Revenir en haut Aller en bas
http://neoigspolicenationale.wordpress.com/
 

Histoire des pompiers en France

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de soutien à la Police, Gendarmerie, Pompiers et Secours :: Les Sapeurs Pompiers :: Pompiers en France

-